fbpx

Si la RE 2020 et son enjeu bas carbone ne concernent pas la rénovation, les ménages sont de plus en plus sensibles aux solutions qui embarquent de l’éco-responsabilité, tout en réduisant la facture énergétique.

Plus de 260 millions de m² d’isolants* ont été posés en 2021 – dont un peu moins de la moitié en toiture et dans les combles –  et avec un record historique de prises de commandes notamment en rénovation. L’arrêt des bonifications coups de pouce, à l’instar de la diminution des primes CEE pour l’isolation des combles à compter du 30 juin prochain, pourrait freiner cet élan. Pour autant, face à des prix pour devenir propriétaires et des taux des prêts immobiliers en hausse, de nombreux ménages pourraient différer leur envie de déménager. Pour gagner des mètres carrés où créer une chambre supplémentaire ou un espace dédié au télétravail, ils pourraient être tentés d’aménager les combles.

ITE pour gain de surface

Pour une rénovation bas carbone réussie, le choix de l’isolant va se faire en fonction de plusieurs critères. D’une part, celui de perdre un minimum de volume dans la surface habitable. Les solutions d’isolation de toiture par l’extérieur peuvent être un atout gain de place en cas de rénovation de la couverture. Performantes, elles assurent des économies d’énergie. Elles sont donc favorables à une réduction de l’impact carbone du bâti. D’autre part, que ce soit par l’intérieur ou l’extérieur, il va falloir respecter une autre notion portée par la RE 2020 : celle du confort d’été pour diminuer au maximum le recours à la climatisation énergivore.

Intégrer déphasage thermique et protection solaire

Si la toiture est un puits à déperdition énergétique l’hiver, elle est aussi une source d’inconfort en accumulant la chaleur à la saison chaude dans les combles aménagés. Avec pour le coup une prime aux matériaux biosourcés en isolation par l’intérieur – ouate de cellulose, laine de bois, chanvre, notamment – quand il affiche une bonne capacité à ralentir la pénétration de la chaleur dans les combles grâce à un déphasage thermique de 10 heures à 12 heures. Sans oublier que confort d’été rime aussi avec protection solaire des menuiseries qui vont équiper ces combles aménagés.

==> A LIRE AUSSI : Isolation de plancher bas, quelles précautions pour la rénovation ?

Solution Technique 1: Isoler par l’extérieur

Panneaux de toiture à isolation intégrée, ou sarking, en cas de rénovation d’une couverture avec aménagement des combles, ils isolent sans rogner sur le volume habitable des combles aménagés.

Avantages : solution trois-en-un (sous-face décorative, couche isolante et support de couverture pour les caissons chevronnés et panneaux sandwichs), gain sur la mise en œuvre, résistance thermique élevée.

Limites : rénovation lourde.

Solution technique 2 : Isoler les rampants entre chevrons

Technique maîtrisée, l’isolation par l’intérieur des combles aménagées réduit l’empreinte carbone du bâti en privilégiant des matériaux qui assurent des économies d’énergies, hiver comme été.

Avantages : économique, bonnes performances sur l’empreinte carbone du bâti en augmentant l’épaisseur de l’isolant et en choisissant une solution qui favorise le confort d’été.

Limite : plus l’isolant est épais, plus il est performant, avec possibilité de perdre en surface habitable

© 2020 JBI ISOLATION
Site réalisé par La Perle Digitale